Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des mots en forme

  • Boulotopifs

  • Whisperies : Les Boulotopifs

    https://www.whisperies.com/fiche/boulotopifs

    Résumé :

    À la nuit tombée, quand les enfants se glissent sous les draps. Quand les dernières lumières s’éteignent et que le silence s’installe peu à peu. Quand seul le doux souffle de la respiration des enfants emplit la maison et que les derniers rais du soleil couchant disparaissent derrière l’horizon alors d’étranges choses se produisent… Nous ne sommes peut-être pas si seuls quand les bras de Morphée nous emmènent aux pays des rêves. Mais chut, c’est un secret ! Et si tu veux connaître la suite de l’histoire, je vais te la chuchoter dans le creux de l’oreille, mais surtout ne la répète à personne ! Histoire animée, racontée par Coralie Loridon, 27 pages.

    Les + de l'histoire :

    Une histoire pour accompagner les enfants qui ont parfois peur de se coucher le soir.

    Courage, Peur, Rêve, Audio

     

    Lire la suite

  • Les Boulotopifs

    Voilà, c'est fait ! Les Boulotopifs sont publiés sur le site Whisperies depuis cet après-midi. Un grand merci à Benjamin Malet pour ses super dessins ! , à Coralie Lrdn pour sa voix et à toute l'équipe de Whisperies !

    https://www.whisperies.com/fiche/boulotopifs

  • L'Alchimiste (1988), Paulo Coelho (trad. Jean Orecchioni), éd. Anne Carrière, 1994

    Quand tu veux quelque chose, tout l'Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir.

  • Manuscrit de J.R.R. Tolkien; le seigneur des anneaux

    littérature,tolkien

     

    littérature, Tolkien

    Une page magnifique du manuscrit du seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien.

  • La fin de l'art ? La fin de notre civilisation ?

    art

    Émission Répliques du 28/10/17, France Culture :
    "The Square, c'est un film autour de l'art contemporain, un art contemporain qui n'est même plus fait de toiles mais d'installations et de performances d'une terrible pauvreté et prévisibilité et ce film dit la fin de l'art qui signe peut être aussi la fin d'une civilisation. Quand la beauté ne dit plus rien à personne, tout s'effondre et il ne reste dans les décombres de la civilisation européenne qu'un politiquement correct lui-même complétement hagard et déboussolé."
    Alain Finkielkraut

  • Extrait dune lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet du 26 août 1853 :

    "Ce qui me semble, à moi, le plus haut dans l’Art (et le plus difficile), ce n’est ni de faire rire, ni de faire pleurer, ni de vous mettre en rut ou en fureur, mais d’agir à la façon de la nature, c’est-à-dire de faire rêver. Aussi les très belles œuvres ont ce caractère. Elles sont sereines d’aspect et incompréhensibles. Quant au procédé, elles sont immobiles comme des falaises, houleuses comme l’Océan, pleines de frondaisons, de verdures et de murmures comme des bois, tristes comme le désert, bleues comme le ciel. Homère, Rabelais, Michel-Ange, Shakespeare, Goethe m’apparaissent impitoyables. Cela est sans fond, infini, multiple. Par de petites ouvertures on aperçoit des précipices ; il y a du noir en bas, du vertige. Et cependant quelque chose de singulièrement doux plane sur l’ensemble ! C’est l’éclat de la lumière, le sourire du soleil, et c’est calme ! c’est calme ! et c’est fort, ça a des fanons comme le bœuf de Leconte".

    littérature, Flaubert, écrivain

  • Manuscrit des Misérables de Victor Hugo

    Les Misérables de Victor Hugo, livre premier : Un juste, I. M. Myriel.

    Le manuscrit est consultable et téléchargeable sur Gallica, le site de la BNF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000941q/f19.image.r=%3Cfonds%20Victor%20Hugo%20I%20Les%20mis%C3%A9rables

    manuscrit,littérature,incipit

    manuscrit,littérature,incipitmanuscrit,littérature,incipit

  • Album Flaubert La Pléiade

    L’album Flaubert est le 11ème album de la Pléiade consacré à cet écrivain illustre qui en compte à présent 55. Il a fallu, chose étonnante, attendre le 11ème ouvrage pour qu’un album consacré à l’auteur de Madame Bovary, l’Education sentimentale, Salammbô, Bouvard et Pécuchet paraisse.

    Cet album de la pléiade comme les autres est une iconographie commentée : une biographie agrémentée d’illustrations (photos, dessins, peintures, schémas, extraits de manuscrits…).

    L’album Flaubert dont toutes les illustrations sont en noir et blanc comporte 220 pages. Les deux auteurs de l’iconographie réunie et commentée sont Jean Bruneau et Jean A. Ducourneau. Cet ouvrage plaira à tous ceux qui vénèrent le grand homme, celui qui a livré à la postérité selon la formule du quotidien l’Excelsior en 1910 et qui avait enquêté auprès d’un public lettré, le « plus beau roman de la langue française ».

    Madame Bovary est un chef d’œuvre non pas par son histoire, l’histoire ordinaire d’un anti-héros, Emma Bovary, épouse désœuvrée d’un médecin de campagne, Charles, qui mène une existence banale et sans trop d’intérêt au fond de la Normandie en 1830 mais plutôt par le culte du style, un souci de perfection voire une rage que Flaubert pousse jusqu’à corriger et reprendre 6 fois un même passage.

    Antoine Albalat (1856-1935) qui a écrit Le travail du style nous apprend (page 228 ; Comment on devient écrivain suivi de Le travail du style enseigné par les corrections manuscrites des grands écrivains, Editions Fantasy éditions (4 octobre 2016)) qu’il écrivait 2 pages par semaine, vingt-cinq pages en six semaines. « Il s’applaudissait d’avoir terminé en quatre semaines quinze pages et, de juillet à fin novembre, une scène. »

    Flaubert écrivait en 1852 à Louise Colet, sa maîtresse : « … un style qui serait beau, que quelqu’un fera à quelque jour, dans dix ans, ou dans dix siècles, et qui sera rythmé comme le vers, précis comme le langage des sciences, et avec des ondulations, des ronflements de violoncelle, des aigrettes de feux, un style qui vous entrerait dans l’idée comme un coup de stylet, et où votre pensée enfin voguerait sur des surfaces lisses, comme lorsqu’on file dans un canot avec bon vent arrière. »

    roman, Flaubert,pléiade

     

    Lire la suite

  • Avoir du talent...

    "Avoir du talent, c'est atteindre un but que les autres ne peuvent pas atteindre; avoir du génie, c'est atteindre un but que les autres ne peuvent même pas voir." Schopenhauer

    Tiré de l'entretien, page 94, qu'a donné le magazine LIRE (N°450) au grand physicien, Etienne Klein, né en 1958 à Paris, ancien élève à l'école centrale de physique de Paris et chercheur en physique quantique. Il vient d'écrire aux éditions Actes Sud, le Pays qu'habitait Albert Einstein.

    littérature,livres

    littérature,livres

  • Album Jules Verne La Pléiade

    L’album Jules Verne est le 51ème album de la Pléiade qui en compte à présent 55. Le dernier en date est consacré à Shakespeare.

    Cet album de la pléiade comme les autres est une iconographie commentée : une biographie agrémentée d’illustrations (photos, dessins, peintures, schémas, extraits de manuscrits…).

    Lire la suite

  • Internet rend-il bête ?

    Internet rend-il bête ? De Nicolas Carr aux éditions Robert Laffont, 21€

    Un ouvrage fort intéressant qui nous explique comment internet, après un détour historique nécessaire sur la culture orale, l’écriture, la lecture, l’imprimerie et enfin la culture de l’écran, arrivant comme un point d’orgue dans notre culture est en train de révolutionner non seulement l’accès de tous à la connaissance mais surtout modifie profondément notre cerveau et notre capacité de concentration entre autres, ce qui est beaucoup plus grave…

    Voici quelques extraits pertinents glanés au fil de la lecture…

     

     

     

    internet-bête-2.jpg

    Page 20 :

    « Devant tous les médias, note réaction classique – de dire que ce qui compte, c’est la façon dont on s’en sert –, c’est d’adopter l’attitude hébétée de crétin technologique. » Le contenu d’un média n’est que le « savoureux morceau de bifteck que le cambrioleur offre au chien de garde de l’esprit pour endormir son attention ».

    internet, bête, technologie, smartphone, toile

     

    Page 60 :

    Il a trouvé que ceux qui avaient seulement imaginer jouer les notes avaient exactement les mêmes modifications du cerveau que ceux qui les avaient jouées sur le clavier. […] Neurologiquement parlant, nous devenons ce que nous pensons.

    internet, bête, technologie, smartphone, toile

     

     

    Page 163 :

    Il y a longtemps que ces distractions [radio, télévision] prolifèrent dans nos vies, mais jamais aucun média n’a été programmé comme le Net pour disperser notre attention à ce point, et avec une telle force.

     

    Page 168 :

    […] le Net pourrait bien être la technologie la plus puissante modifiant l’esprit qui soit jamais parvenue à être utilisée partout. A tout le moins, c’est la plus puissante qui soit apparue depuis le livre.

     

    internet, bête, technologie, smartphone, toile

     

     

    Page 176 :

    Dans un sens très réel, la Toile nous ramène au temps de la scriptura continua, où la lecture était un acte cognitivement épuisant. […] en lisant en ligne, nous sacrifions le mécanisme qui permet la lecture profonde.

     

    Page 200 :

    Est-ce que l’optimisation pour la multitâche améliore le fonctionnement – à savoir la créativité, l’inventivité et la productivité ? La réponse est le plus souvent non. Plus vous pratiquez la multitâche, moins vous réfléchissez, moins vous êtes capable de traiter un problème et de le résoudre par un raisonnement.

    internet, bête, technologie, smartphone, toile

     

    Page 259 :

    « Nous avons pu voir pour la première fois que le nombre de synapses du cerveau n’est pas fixe – qu’il change avec l’apprentissage ! De plus, la mémoire à long terme persiste aussi longtemps que subsistent les modifications anatomiques ».

     

    Page 267 :

    Nous ne limitons pas nos forces mentales quand nous stockons de nouveaux souvenirs à long terme, nous les renforçons. Chaque fois que notre mémoire augmente, notre intelligence s’accroît.

     

    internet,bête,technologie,smartphone,toile

     

     

     

    Page 268 :

    En nous évitant de faire travailler notre mémoire, la Toile nous permet, dit-on, de consacrer plus de temps à la pensée créatrice. Or ce parallèle est erroné.

     

    Page 270 :

    […] du fait de la plasticité de nos voies neuronales, plus nous utilisons la Toile, plus nous entraînons notre cerveau à se laisser distraire – pour traiter l’information très vite et très efficacement, mais sans attention soutenue. Cela contribue à expliquer pourquoi beaucoup d’entre nous ont du mal à se concentrer même en étant loin d’un ordinateur. Notre cerveau acquiert une grande capacité d’oubli, et devient incapable de se souvenir.

    internet, bête, technologie, smartphone, toile

     

    Page 289 :

    Le prix que nous payons pour prendre à notre compte la puissance de la technologie est l’aliénation. […] Les outils de l’esprit amplifient et engourdissent les plus intimes et les plus humaines de nos capacités naturelles - celles qui desservent la raison, la perception, la mémoire et les émotions. En dépit de tous ses avantages, l’horloge nous a coupés du cours naturel du temps.

     

    internet, bête, technologie, smartphone, toile

  • Carnets d'enquêtes, Emile Zola

    Pour ceux qui s’intéressent à Emile Zola et aux Rougon-Macquart, un ouvrage indispensable et passionnant : Les carnets d’enquêtes, une ethnographie inédite de la France, 686 pages, éditeur Plon (octobre 1993), collection : Terre Humaine.

    L’ouvrage est évidemment épuisé, mais on peut le trouver facilement et à un prix abordable sur Internet sachant qu’il a aussi été publié par France Loisirs.

    Un extrait : pages 486 et 487, des notes d’Emile Zola pour l’écriture de Germinal.

     dessin,écriture,nouvelle,romandessin,écriture,nouvelle,romandessin,écriture,nouvelle,roman

  • D'après une histoire vraie, Delphine de Vigan

    littérature,écriture,roman,nouvelles,delphine,Vigan

     

    "De certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur des autres mots et des autres regards."

    Delphine de vigan, D'après Une histoire vraie, JC Lattés, PRIX RENAUDOT et PRIX GONCOURT DES LYCEENS

     

    littérature,écriture,roman,nouvelles,delphine,Vigan

  • Histoire de la violence, Edouard Louis

    littérature,écriture,roman,nouvelles,Edouard,Louis,SeuilAprès En finir avec Eddy Bellegueule, un roman poignant et fort, Edouard Louis a écrit Histoire de la violence. Le roman paraitra, aux Editions du Seuil, le 7 janvier.

    En voici un résumé d'après l'auteur :

    J’ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m’a abordé dans la rue et j’ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m’a raconté l’histoire de son enfance et celle de l’arrivée en France de son père, qui avait fui l’Algérie. Nous avons passé le reste de la nuit ensemble, on discutait, on riait. Vers six heures du matin, il a sorti un revolver et il a dit qu’il allait me tuer. Il m’a insulté, étranglé, violé. Le lendemain les démarches médicales et judiciaires ont commencé.

    Plus tard, je me suis confié à ma sœur. Je l’ai entendue raconter à sa manière ces événements.
    En revenant sur mon enfance, mais aussi sur la vie de Reda et celle de son père, en réfléchissant à l’émigration, au racisme, à la misère, au désir ou aux effets du traumatisme, je voudrais à mon tour comprendre ce qui s’est passé cette nuit-là. Et par là, esquisser une histoire de la violence.

    Source : http://edouardlouis.com/2015/11/05/a-paraitre-histoire-de-la-violence/

    histoire-violence.jpg

  • Les monarchies divines, le voyage d’Hawkwood de Paul Kearney

     Voici un extrait du 1er tome des "Monarchies divines" de Paul Kearney, une fresque épique de Fantasy en 5 tomes, bien écrite : le style est très agréable. Il s'agit du "Voyage d'Hawkwood" qui a paru aux éditions du Rocher et en poche, aux éditions du "Livre de poche".

    fantasy,roman,écriture,kearney,paul,monarchies,divines

     Paul Kearney est né en 1967 en Irlande du Nord, où il habite aujourd’hui, après deux parenthèses à Copenhague et aux États-Unis.

    fantasy,roman,écriture,kearney,paul,monarchies,divines

     

    Présentation de l'éditeur

    Les différents royaumes qui gouvernent le monde sont entrés en guerre. Aekir, la grande cité ramusienne, vient de tomber sous le joug du sultan Aurungzeb. À Hebrion, le roi Abeleyn IV s’inquiète de la montée des Inceptines, cet ordre religieux fanatique qui veut faire disparaître toute trace de magie sur terre. Alors que le noble Hawkwood revient à Abrusio à bord de sa caravelle, une partie de son équipage se fait arrêter. Pour survivre, il doit accepter un marché : aller à la recherche d’un continent légendaire. Il a pour équipage les magiciens et les sorciers devenus indésirables dans la cité. Malheureusement, personne n’est jamais revenu vivant de ce périple impossible… Série devenue culte, la fresque épique en cinq volumes des Monarchies divines ravira les amateurs d’une fantasy mature et sombre.

    "Prologue

    Année du saint 422

    Navire de la mort – il cabotait sous la brise du nord-ouest, les huniers immobiles, mais les vergues brassées pour affronter un vent perdu depuis trop longtemps en haute mer. L’équipage de la yole fut le premier à l’apercevoir, la veille de la Saint-Beynac. Il donnait lourdement de la gîte, en dépit de la houle légère, et les vestiges de ses voiles vibrèrent et s’agitèrent lorsque la brise fraîchit.

    C’était une journée d’un bleu parfait, un ciel et nu océan immenses qui se reflétaient même l’un sur l’autre. Quelques goélands voletaient, impatients, autour des filets remplis d’argent remorqués par l’équipage de la yole qui faisait des affaires en or, et un banc d’oyvips étincelants, anormalement nombreux, batifolait par bâbord – mauvaise augure. A l’intérieur de chaque banc, disait-on, hurlait l’âme d’un noyé. Mais le vent était clément et le banc démesuré –perceptible telle une ombre gigantesque sous la coque d’un navire, scintillant de temps à autre lorsque le flanc lumineux d’un poisson se contorsionnait ; les pêcheurs étaient présents depuis le quart du matin, remplissant leurs filets avec la récompense incertaine de la mer, la ligne obscure de la côte hebrionienne n’étant que pure conjecture, au loin, bien au-delà de leurs épaules droites.

    Le capitaine de l’une des yoles se protégea les yeux, marqua une pause puis scruta attentivement l’océan, pierre bleue scintillant sur du cuir ondoyant, le menton hérissé de poils aussi pâles que ceux d’une ortie. L’ombre de l’eau, lumineuse, se gondolait dans ses orbites.

    - Quelque chose en vue, marmonna-t-il.

    - Qu’est-ce, pater ?

    - Une caraque, fiston ; un navire de haute mer visiblement".

    Paul Kearney, Les monarchies divines, 1er tome Le voyage d'Hawkwood

     

    Carte du "monde" des Monarchies Divines :

    fantasy,roman,écriture,kearney,paul,monarchies,divines

    Et enfin, les 4 autres tomes :

    fantasy,roman,écriture,kearney,paul,monarchies,divines

  • Le Grand Robert ****

    Beaucoup mieux que le Petit Robert voici le Grand Robert !

    Ne chercher pas à l'acheter en version papier, il ne sera jamais plus réédité...

    dictionnaire, Robert

     

    Comme feu le fameux Quid ou l' Encyclopædia Universalis en vingt volumes... il faut désormais se tourner vers les versions numériques.

    Alors le Grand Robert, c'est le dictionnaire le plus riche et le plus complet de la langue française :
    - 100 000 mots, 350 000 sens, toutes les orthographes, étymologies et nuances d'emploi.
    - Une extraordinaire anthologie de citations littéraires : 325 000 citations et 2 000 notices biographiques d'auteurs.
    - 25 000 expressions, locutions et proverbes.
    - Un réseau d'un million de liens hypertextes, sur les synonymes, analogies, contraires, dérivés et composés...

    dictionnaire, Robert

     J'avoue, j'adore le papier et les livres mais je me sers de moins en moins des dictionnaires papier...

    Il est tellement plus facile et rapide de faire une recherche sur le Grand Robert version numérique notamment pour les recherches de citations d'après un ou deux mots, au-delà le Grand Robert n'est pas très efficace.

    Vous avez la possibilité de prendre un abonnement ou d'acheter le version numérique à télécharger et à installer sur votre PC ou MAC : seul bémol, vous n'avez que 3 installations possibles... Alors à 149€, réfléchissez-bien où installer le logiciel !

    Pour plus d'informations, le site de l'éditeur Robert : http://www.lerobert.com/le-grand-robert/#coffret

     

    Avec en prime, la petite présentation d'Alain Rey, linguiste et lexicographe, qu'on ne présente plus, toujours aussi passionné et passionnant, qui est un peu le "PAPA" du Petit et du Grand Robert !

     

    dictionnaire,Robert